AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Sylfania Cortès

Aller en bas 
AuteurMessage
Sylfania

avatar

Nombre de messages : 1
Age : 29
Date d'inscription : 10/06/2009

MessageSujet: Sylfania Cortès   Mer 10 Juin 2009 - 18:41

Nom complet: Sylfania Cortès de Chichén Itzá

Sexe: Feminin

Âge réel: Je n'ai jamais été douée en mathématique et de plus j'ignore la date rééle qui a court dans ce jeu... je vous donnerais donc sa date de naissance aproximative car elle-même l'ignore... Elle est née aux alentour de l'an 900.

Âge apparent: 25 ans

Apparence physique: Sylfania est de corpulence normale, bien que légèrement ronde. Elle est de taille moyenne, à savoir, 1m67 et pèse 58 kg. Elle a les yeux d’un bleu très clair et des cheveux complètement blancs, torsadé et dans lesquels elle se fait parfois des mèches de couleur noire. Elle a de nombreux grains de beauté, notamment un sur le menton et un sur son sein gauche. Les autres ne sont visibles que dans la plus stricte intimité… Elle a un petit nez aquilin, et des yeux en amande. Elle porte souvent des habits affriolants qui font penser qu’elle sort d’un bal et aime se pavaner dans ses froufrous. Elle a toujours un sourire affiché sur le visage.


Personnalité: Sylfania est de nature enjouée et frivole. Un rien l’amuse et la fait rire. Elle a gardé de son humanité une compassion débordante envers ceux qu’elle aime. Pour les autres… c’est une autre histoire. Elle est fidèle à ses principes et toujours prompte à aider ceux qu’elle considère comme ses amis. Elle sait se montrer douce et aimable et elle peut être très avenante lorsqu’il le faut. Elle est patiente et attentive, capable de rester silencieuse des heures durant, simplement à écouter le chant d’un oiseau ou le bruit de la rivière.
Son sens moral laisse à désirer et ses penchants morbides également. Elle ne sait pas résister à l’appel du sang et n’hésite pas à s’en prendre au premier venu si elle a vraiment faim. Elle est butée et bornée et ne veut jamais reconnaître lorsqu’elle a tort. Elle déteste être contredite et, en cela, elle sait se faire des ennemis. Rancunière, elle n’oublie jamais les affronts qui lui sont faits, même au bout de plusieurs centaines d’années. Téméraire et intrépide, elle s’attire souvent beaucoup d’ennuis en fourrant son nez où il ne faudrait pas.


Histoire: La nuit était chaude et la lune haut dans le ciel lorsque Sylfania naquit. Sombre présage de son avenir ou simple coïncidence, sa mère mourut en couche, laissant Sylfania à un père qui ne savait quoi faire de cette progéniture encombrante. Les habitants de Chichén Itzá souffraient depuis un moment déjà d’une sécheresse qui refusait de laisser place à la pluie. Aussi, pour apaiser Chac, qui devait certainement être en colère contre ce peuple pourtant valeureux, les grands prêtres décidèrent de faire une sélection de sacrifices rituels. Le père de la petite fillette, qui avait alors sept ans à ce moment là, vit une opportunité de se débarrasser de ce fardeau qu’était la paternité. Il proposa donc aux prêtres de sacrifier Sylfania lors de la cérémonie au cénote. Ravi d’avoir une fillette en moins à trouver, ils acceptèrent, récompensant par la même occasion le père indigne de nombreux présents. Arriva le jour de la cérémonie. Nombreux furent les spectateurs ce matin là. La fillette s’en souvient encore. Il y avait trois autres jeunes filles avec elle, chacune portant un lourd panier empli de richesses qu’elles devraient offrir au dieu de la pluie, Chac, afin d’apaiser sa colère et qu’il leur accorde ses faveurs divines. Elles ignoraient toutes les quatre ce qui les attendaient. Le prêtre avait un regard froid et vil comme celui d’un serpent. Sylfania marchait en tête, le prêtre devant elle ouvrant la voie jusqu’au cénote. Lorsqu’elle se retrouva devant le précipice, elle cru mourir de peur. Le prêtre fit s’arrêter les fillettes le long du bord puis s’adressa à la foule avant d’entamer les formules rituelles. C’était une langue étrange et aux consonances envoûtantes et chantantes. La langue des dieux selon les prêtres. Sylfania ne sentit même pas la main calleuse la pousser dans le dos. En revanche, elle sentit l’impact dur et froid avec l’eau au fond du précipice. Elle ne savait pas nager et commençait à couler avec son petit panier auquel elle s’accrochait de toutes ses forces. Elle allait se noyer. Mourir comme toutes ces personnes sacrifiées avant elle pour quelque obscure raison. Non. Elle ne voulait pas partir comme ça. C’était trop bête ! Elle lâcha le panier qui coula dans les profondeur du lac et agita ses bras et ses jambes comme une folle. Elle remontait. Mais trop lentement. Elle avait la tête qui tournait, sa vision commençait à se troubler. Elle aperçut une silhouette à ses côtés et reconnu l’une des fillettes qui était avec elle en haut du précipice. Elle n’avait pas survécu à la chute et son regard vide fixait le néant. Paniquée, Sylfania s’agita de plus belle et sa tête fit enfin surface. Personne n’avait rien vu tout la haut, trop occupé à prier les dieux. Elle s’accrocha à la paroi pour ne plus couler. Lorsque tout le monde fut enfin repartit au bout d’une demi-heure de cérémonie, elle escalada la roche blanche et granuleuse qui s’effritait sous ses petits doigts malhabiles. Elle s’enfonça ensuite dans la jungle pour ne plus jamais retourner dans cette cité ni aucune autre. Du moins, pas de son vivant… Grâce à son enseignement, elle parvint à survivre dans la rudesse de la jungle et de ses dangers...

A l’age de vingt-cinq ans, elle trouva un jeune homme inconscient qui flottait, ballotté par le remoud de la cascade dont il venait de tomber. Elle voulut le secourir, mais son cœur ne battait plus. Elle le ramena tout de même sur la berge et hurla de douleur et de surprise lorsque celui-ci s’anima pour la mordre au bras. Elle eut beau tenter de le repousser, elle sentait ses forces l’abandonner. Prenant son courage à deux mains, elle attrapa un pierre et lui entailla le cou avec difficulté. Surprit, l’homme lâcha prise et Sylfania en profita pour se venger, lui sautant dessus et le mordant à son tour. Elle eut la mauvaise idée de le mordre au cou, là où elle l’avait entaillé et où le sang coulait. A peine le sang maudit eut-il pénétré son organisme qu’elle sentit un courant froid la parcourir. Une douleur intense lui vrilla le cerveau, si intense, qu’elle finit par en perdre connaissance. A son réveil, elle était seule. Seule et morte. Depuis ce jour, elle ère sans but précis, suivant ses instincts et ses pulsions…
Tout cela s’est passé il y a fort longtemps, dans les années 900. Aujourd’hui, Sylfania ne garde que très peu de souvenirs de sa vie humaine et ne vie que pour une seule chose : se faire plaisir.



[S'il manque quelque chose ou qu'il y a des incohérences, faites-le moi savoir.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florian
Fondateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 757
Age : 28
Localisation : Montréal, Québec
Pouvoirs : Les pouvoirs des vampires
Date d'inscription : 05/09/2006

Portrait
Nom complet: Joseph Florian Louis-Jules Lorenzo, baron de Valenmont

MessageSujet: Re: Sylfania Cortès   Dim 14 Juin 2009 - 23:04

Bonjour à toi!

Je suis surpris et touché de constater ton inscription céans, cependant je serais malhonnête de te laisser espérer jouer sur Les Enfants des Ténèbres, car mes études trop prenantes m'ont poussé à délaisser le forum, si bien qu'il est maintenant désert. Je n'ai malheureusement pas l'intention de lui redonner vie, ou à tout le moins pas prochainement.

Ceci étant dit, je constate que tu écris dans un bon français et que ton personnage possède une histoire assez originale, même si elle n'aurait pas été acceptable sur ce site. En effet, je trouve très intéressante l'idée qu'on puisse devenir vampire "par accident" -même si j'ai des doutes sur la faisabilité de cette transformation-, mais je déplore la légère incohérence avec l'univers que nous employons, qui est celui d'Anne Rice. Or, dans Les Chroniques des Vampires, il est précisé que Lestat est un des premiers vampires à s'établir en Amérique, or il le fait durant la Révolution Fançaise, près d'un millénaire après la transformation de Sylfania (qui porte le nom espagnol de Cortés avant la découverte de l'amérique par les Occidentaux...). La seule exception était Mekare, la soeur jumelle de Maharet, qui s'est retrouvée en pleine jungle amazonienne; elle était d'autre part plutôt folle, et n'a vraisemblablement jamais créé de nouveau vampire. Sinon, ton histoire est bien, quoiqu'elle aurait intérêt à être développée: la métamorphose de Sylfania est bien décrite, mais on ignore ce qu'elle a fait depuis tout ce temps...

Bref, je te conseille de reprendre ce personnage pour un forum un peu plus vivant, et d'en profiter pour étoffer un peu son passé.

Bonne continuation! Very Happy

_________________
«Allez, viens avec moi,
Nos cœurs à la lumière,
Les étoiles dans nos bras,
Et nos âmes en Enfer.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://enfants-des-tenebres.forum2jeux.com
 
Sylfania Cortès
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Milena de Cortès, une monté Cristo avant l'heure !
» Attention au coeur de glace- Marius Alejandro Cortès

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les enfants des ténèbres :: Avant de jouer :: Informations :: Personnages :: Vampires-
Sauter vers: