AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les salons littéraires

Aller en bas 
AuteurMessage
Florian
Fondateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 757
Age : 27
Localisation : Montréal, Québec
Pouvoirs : Les pouvoirs des vampires
Date d'inscription : 05/09/2006

Portrait
Nom complet: Joseph Florian Louis-Jules Lorenzo, baron de Valenmont

MessageSujet: Les salons littéraires   Dim 22 Juin 2008 - 4:01

Salon littéraire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.




Lecture de Molière par Jean-François de Troy,
vers 1728

Un salon littéraire est une réunion d’hommes et de femmes de lettres se rencontrant régulièrement, dans un milieu intellectuel, souvent mondain, pour discuter l’actualité de l’époque concernée, philosophie, littérature, morale, etc. L’expression est apparue au XVIIème siècle, mais l’on peut aussi qualifier de telles réunions de club, groupe, voire de cénacle.

Avant le règne de Louis XIV, préexistaient non pas des salons mais des groupes littéraires. Le plus célèbre était celui de Malherbe dont Boileau salua l’avènement. Ce salon était réputé non pour aider mais pour détruire ses contemporains. Par exemple, Racan, voyant que Malherbe avait rayé environ une page sur deux d’un livre récemment sorti, commit l’imprudence de lui demander si le reste était bon. Celui-ci, d’abord interloqué, passa la première heure de leur réunion à biffer toutes les pages qui avaient échappé au premier massacre.

Il y eut ensuite jusqu’au début du XIXème siècle, des réunions assez nombreuses d’esprits d’élite ou de personnes tenant à la «société polie», qui constituèrent autant de centres, de foyers littéraires dont la connaissance est indispensable pour saisir dans ses détails et ses nuances l’histoire de la littérature. Comme ces salons littéraires furent presque toujours présidés par des femmes, l’histoire des premiers ne peut s’envisager indépendamment des secondes que distinguait l’esprit, le goût et le tact.

C’est dans leur salon que s’est développée l’habitude de la conversation et qu’est née l’art de la causerie caractéristique de la société française. Ces salons où l’on s’entretenait des belles choses en général, et surtout des choses de l’esprit exercèrent une influence considérable sur les mœurs et la littérature. La première réunion de ce genre fut celle de l'hôtel de Rambouillet, dont la formation remonte à 1608 et dura jusqu’à la mort de son hôtesse, Catherine de Rambouillet, dite «Arthénice», en 1659.

Le second salon littéraire à voir le jour fut celui de Conrart, ne datant, lui, que de 1629. Malgré cela, comme c’était un salon d’hommes, cette réunion littéraire privée devint, au bout de quelques années, sous la protection de Richelieu, et malgré certaines résistances, grâce à Boisrobert et à Chapelain, un corps officiel d’où est sorti l'Académie française.

Vers le milieu du XVIIIème siècle, l'abbé d'Aubignac eut une réunion littéraire dont il voulut également faire une Académie. Il écrivit à ce sujet un Discours au roi sur l’établissement d’une seconde Académie dans la ville de Paris (1664) qui sollicitait le titre d’«Académie royale», mais ni le roi ni les ministres ne s’occupèrent de ces visées ambitieuses pourtant appuyées par le dauphin, protecteur de l’abbé.

Scarron, dont le style burlesque fit date autant que ses épigrammes souvent acerbes ont traversé les siècles jusqu’à nous, ouvrit, au début
du règne de Louis XIV, un salon qui acquit une grande notoriété après son mariage avec Françoise d'Aubigné, future Madame de Maintenon alors âgée de seize ans. Son amitié avec Ninon de Lenclos, qu’elle prit sous sa protection, et la légèreté de leur jeune âge attirèrent rapidement les mondains et les beaux esprits et enfin l’élite intellectuelle du temps.

Le XVIIIème siècle eut le salon du baron d'Holbach, «le premier maître d’hôtel de la philosophie» chez qui se réunissaient Diderot, d'Alembert, Helvétius, Marmontel, Raynal, Grimm, l'abbé Galiani, etc. On peut dire que l'Encyclopédie naquit dans cette réunion, que Rousseau, appela après sa rupture avec les Lumières, le «club holbachique», et dont Morellet, qui avait également son propre cercle, a écrit qu’ «On y disait des choses à faire cent fois tomber le tonnerre sur la maison, s’il tombait pour cela.»

-Adapté de l'article original de Wikipédia par Florian

_________________
«Allez, viens avec moi,
Nos cœurs à la lumière,
Les étoiles dans nos bras,
Et nos âmes en Enfer.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://enfants-des-tenebres.forum2jeux.com
 
Les salons littéraires
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Konkou literè pou tout ayisyen. Ekri an Kreyòl oubyen Franse
» Enigmes Littéraires !
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !
» L'oeuvre littéraire de Tolkien
» Culture littéraire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les enfants des ténèbres :: Avant de jouer :: Informations :: L'univers de jeu-
Sauter vers: